La vie, comme elle va

"S'il suffisait de lire comme dans une bulle de cristal, alors, ce serait, facile.Mais il faut vite déchanter, prendre la route, sac au dos et marcher, toujours marcher pour oublier ce que l'on a déjà fait, ce que l'on va faire. Il faut attendre que la nature nous prenne et nous ouvre sa voie. C'est une progression incessante, pour de si petites choses".
Roger Dautais . Septembre 2009

Un voyage étonnant au cœur du land Art

vendredi 22 septembre 2017

En espoir de retour  : à Patrick Lucas*
Le  point final  :  à Guy Allix
Route 74. Le dernier jalon  :  à Serge Mathurin Thébault
Déchirure  blanche  :  pour Marie-Josée Christien
Nés en  mer :  pour Erin
De  pierre et d'eau  à Rossichka, Nadezda et Noushka, pour leur petite  musique de l'âme.
Liste noire  à Lampedusa;  :  pour Mémoire de Silence
Gémellité:  pour Synnöve et Ruma
Guetteur de marée :  pour Joelma ( A.T.D.Judas)
La  longue marche  :  pour Bernard Moitessier
Autrefois, l'Afrique  :  pour Christian cottard
12 vie  à Lampedusa : pour Fifi
Le rappel  :  pour Pastelle
L'insoumis de Saint Phil.:  pour Anne Le Maître
Palpitation rouge   :  pour Marie
Pour toujours... : A Baboon, chien fidèle 
Trait-d'union :  pour Rick Forrestal

Un  homme est riche de tout ce dont  il  peut se passer.
H.D.Thoreau


à Marie-Claude


Lundi
Suis-je vieux, maintenant,  ou simplement un passager du temps, approchant  du terme ?
Exister, demande la plus difficile des acceptations, celle de  mourir  à terme. Ai-je le droit de me laisser  envahir par mes silences, jusqu'à l'ivresse ? Je le fais.
Mardi
Le calme de  l'océan a disparu au moment de la renverse. Je  l'ai constaté  au remous de la première vague  frappant l'estran. Brassage de  galets,  à vif. Je viens de terminer ma  énième série sur  l'exil, celle  où je fais parler  les  pierres de la mémoire. Mémoire sacrifié des migrants de Lampedusa. Je connais la  puissant vague d'oubli qui nous frappe l'esprit, après chaque tragédie. Perché sur  un rocher, mes personnages vivent leur destin. Au fond de la Méditerranée,  Nafy,Mohammed, Onnab, Hiba, Zanouba, Zayane, Zakia et des  milliers d'autres que nous avons refusé. J'ai dressé  des  pierres jusqu'à  user toutes mes forces pour dénoncer  ce scandale.Ce ne sera jamais fini et d'autres doivent prendre le relai.
Mercredi, 
J'ai rendu visite  à Bernard Moitessier, en sa dernière demeure, au cimetière du Bono, au  pied de son  palmier.Il sut, en son temps, refuser  les honneurs dus  à son exploit de tour du monde en solitaire, a bord de son mythique Joshua. Il considérait que la liberté valait  mieux qu'une  breloque. Une fois passé la  ligne d'arrivée en vainqueur,  il continua sa route sans s'arrêter. Bel esprit de résistance aux trompettes de la renommée.Son livre de  bord, La longue route, est un de  mes  livres de chevet préférés.Il   m'accompagne sur ma route de land art
Jeudi
Silhouette d'outre Atlantique : Erin
Je ne  l'ai jamais vue autrement qu'une  ombre opalescente,  une présence  intimement  liée au paysage, un regard  posé entre passé et futur, mais  nous sommes devenus amis.
Vendredi
Je suis emporté par le  mouvement  de  l'existence  humaine. Jours de disette  où  j'accomplis, malgré tout, mon destin. Les vagues frappent la côte de Kerpenhir, en cadence, drues,  têtues, avec force. Je sens vibrer la roche sous mes  pieds.Face au vent,je rejoins  la vie qui se love dans ces  petits instant de temps  long. Je ne céderai  ma  place  pour rien. Fabriquer des cairns,  ici,  est une belle gageure, mais les réussir,  une grande  joie. Il ne s'agit pas, ici,  de chercher  l'original, ou la flatterie vile mais  l'épaisseur et la profondeur de ma vie qui me branche avec la nature.
Samedi
Je relève le col de  ma veste de quart et  lève les  yeux au ciel. Je tente  une  ultime négociation : il  pleut depuis 12 heures sans  interruption,  pourriez-vous chasser tous ces  nuages, d'un seul coup de vent?
Les oies bernaches  ont fini  par décamper  pour de bon.
Rien...Aucune réponse...Le ciel est toujours vide au-dessus de moi. Je reprends la marche sur le chemin douanier. L'embellie a fini par s'établir alors que je suis  trempé  jusqu'aux os et transi de froid. Ah qu'il me fait mal, ce  premier pierrier. Je suis comme un enfant retrouvant son terrain de  jeu. Je n'ai d'enfant que les yeux du rêve.../
Non, le land art ne se  pratique pas dans  un salon. Il est  pour  moi, le  prix d'une vie.
Dimanche
Travailler sur  un cairn en voie de disparition, c'est un peu faire  mon  auto-portrait.
En équilibre dans les falaises de Ty Bihan,  à Carnac, je  m'absente du monde gris; Le rêve permet cette absence salutaire qui, elle  même, permet  une vison de la nature, toute différente.Cette vision disparaît dès que  le rêve s'interrompt.
 Cette technique  me fut donnée  par  mon ami, Peter Irnik, chaman  Inuit de son état,  lors de son  voyage en France au Mémorial Canadien Juno Beach (Courseulles sur Mer) Normandie. Il était chargé de ramener les âmes  indiennes, tombées au combat lors du débarquement de la seconde  guerre  mondiale, sur leurs  terres amérindiennes,  par la médiation d'un  Inuksuk, construit  par lui, en ma  présence. Une telle rencontre marque une vie.
 Sur la route du land art, je suis toujours en  partance, sans  idées  préconçues. C'est cela,  l'esprit de découverte.
Roger Dautais

                                                                           ***

Ce texte clos la route 74. Je serai heureux de  lire vos commentaires. Je  pourrai  le faire  jusqu'au Jeudi 28 septembre, à midi. Je serais ensuite admis  à l’hôpital puis  opéré le lendemain. La période  poste -opératoire sera difficile  à vivre et je ne sais ni quand  je reviendrai, ni dans quel état. Merci à vous de  m'avoir soutenu de votre amitié. J'espère  un jour, ouvrir la route 75, si je le  peux. Je vous embrasse  bien amicalement
Roger Dautais

                                                                           ***

/..."  Nous voulions seulement rameuter
       les aubes  primitives
       et capturer  l’extase
       de  l'alouette
       au fond du dé  à coudre de  nos pensées.)
Sylvie Brès

Tu les entailles
au diamant
tes mots
tu leur voudrais
tant d’éclat
mais les voilà qui saignent
et rien ne peut arrêter
cet épanchement. 
Sylvie Brès  1954/2016

(Cœur troglodyte,Castor Astral, 2014)




*Patrick Lucas
Auteur,  poète,  photographe 
"Terre d'asphalte"
E et D éditions Mai 2017
" Vraiment  un rêve dans  un monde  bleu, serein,  plein de  beauté"  ( Araceli,  bloggeuse )

55 commentaires:

  1. Wonderful constructions, and perfect balance.
    Thanks for the tribute, Roger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rick Forrestal.
      Merci mon cher Rick, amateur de cairns et de grands espaces.
      A mon retour, je ne t'oublierai pas.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  2. De tout coeur avec toi, cher ami Roger...
    De tout coeur.

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo,
      Merci Leeloo.
      Ta petite mouette rieuse, si présente sur ton blog, va rejoindre sa famille en mer. Je ne l'oublierai pas et toi non plus.
      Tu seras toujours la bienvenue, ici.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  3. salut l'artiste
    la route ne s'encombre pas de nos silences ni de nos cris
    les kilomètres se succèdent jusqu'au fond de nos nuits
    il n'y a pas de retour ni de demain... juste aujourd'hui avec ce temps qui passe
    puisse-t-il nous révéler le bonheur, le partage des sourires de l'âme
    ... et la force de vivre !
    good luck my friend
    je t'embrasse

    Patrick L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrick Lucas.
      Merci Patrick
      Tout est passé par dessus-bord, pendant la tempête, téléphone, mails, adresse...confiés aux vents. Comment te remercier de ton envoi sinon de le faire à ma façon.
      A chaque jour suffit sa peine. On verra bien au moment venu, si j'ai bon dos pour supporter une belle fermeture éclair.
      Bonne soirée sur la route.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  4. Meu querido e estimado amigo, agradeço imensamente sua delicadeza em oferecer-me arte, vim prestigiar suas inspirações e deseja-lhe saúde, estarei orando por sua recuperação e certamente que em breve estaremos desfrutando das belíssimas imagens da rota 75.
    Sinta-se abraçado e acolhido em energias de minhas orações ao Senhor por tua saúde.
    beijos
    Joelma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ateliê Tribu de Judâ
      Merci, Joelma. Les mois avaient passé, et j'avais gardé intact ton souvenir, d'où cette dédicace. Je te remercie de tes intentions qui, conjuguées aux autres, m'aideront,certainement.
      Je t'embrasse en toute amitié.
      Roger

      Supprimer
  5. Roger, I'm sure you must know that even when you are not able to walk, you walk with me. (have you noticed that there were no inukshuks this year in the park where I walk? certainly you have seen through my eyes. often I talk with you. curious, eh? but next year will bring more families and more surprises.)

    you write (and google translates), "It is not a question here of seeking the original, or the vile flattery, but the depth and depth of my life which connects me with nature." how deeply i feel this! it is as though one stone is struck into and through another stone and our hands are upon them feeling the vibrations. there is nothing else. (but love, of course.)

    i consider for a moment if it were me recuperating from such an operation. i can imagine both sadness and hope. i hope your hope far outweighs your sadness and you will be able to return to what is in fact beloved.

    the world is in deep need of souls such as yours.

    heal quickly, roger))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erin
      Merci Erin. La tristesse est passée dans mon cœur, sans s'y installer, comme un messager dont il ne fallait pas emboîter le pas. Encore une fois, je vais demander un peu de rab, un peu de vie en plus, car il me reste à aimer Marie-Claude, encore longtemps, après 50 ans passés de vie commune, on ne se quitte pas comme ça.
      Il est certain que je ressens des êtres comme très différents des autres et capables de communiquer, au-delà des lieux, du temps, des saisons. Tu fais partie de ces êtres chers, Erin et je t'aurai bien vu rentrer dans ce cercle sacré avec mon ami Peter Irnick, chaman Inuit, de son état. Notre langue commune était la lumière, celle qui transporte les pierres et les âmes, celle qui nous fait nous dresser dans la tempête et résister aux puissants. Je garde de toi, cette trace indélébile que je retrouve dans les nuages, ou dans le chant de la mer, lorsque les vagues frappent en rythme le trait de côte. Tu es sans frontières dans tes photos et ton monde st le mien, ivre de paroles muettes, chantées au rythme du tambour du monde. Rien ne se termine jamais, le cercle se referme pour une autre révolution. Le souffle passe, le souffle revient. Allons ensemble...plus loin.
      Je t'embrasse très fort.
      Roger

      Supprimer
  6. Roger merci pour tout. Vous êtes dans mon coeur, sur votre chemin.
    Insoumis.

    Au bords du jour
    barbouillé d’encre

    comme on se tient
    dans le noir
    au bord d’un trou
    – c’est peut-être la mer

    aux franges
    aux marges
    aux lisières



    la partie
    a perdu
    la parole

    le combat
    a cessé
    sans victoire



    entre patte de chien
    et pelage de loup

    entre la mort et le matin

    l’espoir hésite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne Le Maître
      Merci Anne, pour ce beau poème. Entre la mort et le matin, pas d'hésitation, je choisis le matin, sachant qu'un jour, le premier choix sera inévitable. Il est bon de relire Thoreau, car l'insoumission est de rigueur en ces temps de pain dur. J'aime la prise de risque. Je préfère les lisières aux frontières, un peu comme l'eau reste libre dans une aquarelle. N'est-ce pas dans ce qui nous échappe que se trouve la révélation de ce que nous sommes.L'aquarelliste que vous êtes ne me contredira pas.
      Belle journée,chère Anne.
      Je vous embrasse.
      Roger

      Supprimer
  7. Cher Roger merci de nous enchanter encore. Pas drôle d'aller à l'hosto mais tu es solide comme tes rocs et comme dit la chanson : "ça ira mieux demain"...
    A très bientôt.

    RépondreSupprimer
  8. Cher Roger, Merci !! Nous t'attendons pour l'ouverture de la route 75, il faudra un peu de temps mais, tout passe.
    La chirurgie est bien le domaine où la médecine a fait le plus de progrès.
    Confiance !!!
    Toute la beauté que tu as su traduire et nous offrir est un appui invisible et solide ou s'appuyer, pour nous et pour toi.
    Avec toute mon amitié, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fifi
      Merci Fifi. Oui, il y aura sans doute une route 75, je l'avais rêvé. Quelques détails de réglage à faire, quelques mois d'indisponibilité et puis, je continuerai. Actuellement, tout ce que j'ai fait de sorties, d'installations, de créations sert mon envie de retrouver cette grande nature où j'aime m'exprimer. En attendant, je sais que j'airai retrouver quelques blogs amis et de qualité, dont le tien.
      A bientôt, chère Fifi.
      Je t'embrasse en toute amitié.
      Roger

      Supprimer
  9. Dear Roger,
    thank you so much for your wonderful work, that includes me. I love the sea and the view you give me, is wonderful.
    My thoughts and prayers are with you on the 28th of September and I'm sure, the universe will protect you and support you in many ways.
    Warm regards, Synnöve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seraphina's Phantasia
      Merci Synnöve. Ma route 74 doit passer par ce jour de l'opération et, je ne serai pas seul pour gagner la partie. J'ai confiance en l'équipe du chirurgien que j'ai déjà rencontré deux fois. puis il y a toutes ces marques d'amitié dont la tienne, de la famille qui m'entoure. De quoi faire de beaux rêves pendant mon sommeil.J'apprécie ton amitié fidèle, tes nombreux passages sur le blog et ton propre travail que je suis depuis longuement. Je te souhaite une très belle journée, chère Synnöve et te dis à bientôt.
      Je t'embrasse,
      Roger

      Supprimer
  10. Ce que nous avons éprouvé ne se consume jamais tout à fait... j'ai lu cette phrase il y a longtemps, j'ai oublié l'auteur mais ces mots comme les pierres restent vivants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Josette
      Merci Josette. Malgré ton oubli, ces mots seront parvenus jusqu'à moi,ce matin et je les ressens comme si je les avais écrits. Belle journée,Josette
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  11. Aujourd'hui est une longue suite. Tu nous montres si bien la chemin avec tes créations Roger, qu'elles t'accompagnent et t'épaulent. A bientôt Roger, à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thérès
      Merci Thérèse. Pour avoir été souvent stoppé dans mon élan par des problèmes de santé, parfois des accidents, j'ai appris à accepter cette marche par alternance et par chance, ou pugnacité, je m'en suis toujours tiré d'affaire. Cette fois, c'est encore un obstacle délicat que je me suis pro mis de franchir. On verra bien.
      A bientôt, Thérèse.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  12. J'enverrai toutes mes forces mentales pour que tout se passe bien pour vous et je suis certaine que vous reviendrez car vous êtes indispensable. Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ariaga
      Merci Ariaga. Indispensable, je ne pense pas, mais aimant ces échanges humains entre artistes ou non et qui nous enrichissent d'expériences nouvelles. Ce sera sympa de reprendre cela dans quelques temps.
      Avec mon amitié.
      Roger

      Supprimer
  13. les chemins sont fait pour se croiser, surtout dans les grands jardins ou dans tes terrains "vagues".
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
  14. Merci d'être venu encore une fois nous dire ton chemin si dur et si beau. Nous dire la pluie, le vent et la mer. Nous montrer la volonté, la poésie et cette empathie envers ces réfugiés qui en ont tellement besoin. J'attendrai de tes nouvelles et je suis confiante. soignes toi le temps qu'il faut pour pouvoir retrouver ton chemin des grands jardins. Toute mon amitié t'accompagne et je penserai à toi particulièrement toute cette fin de de semaine?

    RépondreSupprimer
  15. Cher Roger! Je ne sais pas quoi dire pour t'aider sentir mieux... Maybe that I am so happy that my path in Blogland crossed your road, full of real magic, beautiful nature, wise words and warm friendship! THANK YOU
    so much for dedicating me (again!) one of your amazing works - it's adorable!! I wish you good luck on the surgery, successful recovery and only positive thoughts and expectations for the future! There are so many people that love you! J'attend la Route 75!! Big hugs!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rossischka
      Chère Rossichka, oui, je tenais à cette double présence de ta part sur le chemin. Pour les mêmes raisons que toi . Nous marcherons donc ensemble sur le chemin, tu seras mes jambes et moi tes yeux. A deux, on va plus loin. Merci de ton soutien et de tes marques d'amitié. Belle soirée à toi, chère Rossichka.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
    2. Cher Roger, I do believe you will overcome this hard moment in your life and "nous marcherons ensemble sur le chemin..." comme tu l'as si bien dit! Bon courage! Warm hugs from me!

      Supprimer
  16. De chaleureuses pensées, comme autant de cailloux et de graines, t'accompagnent pour les jours à venir. A bientôt !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Swann Li
      Merci Swann li . En chaque pierre, chaque cailloux, je vois des amis et en ce moment, le nombre de mes amis augmente.
      Merci à toi. A bientôt, en effet.
      Amitiés.

      Roger

      Supprimer
  17. C'est Anne qui aujourd'hui m'a mise sur le Chemin des grands jardins (j'y avais un peu marché jadis il me semble...) et je voulais posé une petite pierre toute légère et cependant pleine de promesses de joies futures... Courage Roger, d'invisibles coteaux fleurissent près de nous tous et nous aident. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plumes d''Anges
      Merci à toi. Tu as une bonne mémoire et j'ai eu le plaisir de te compter parmi mes lecteurs.Les présences sont labiles sur la toile. C'est la loi du genre, et on ne peut lui en vouloir. Cela ne fait que renforcer certaines amitiés durables comme celle, d'Anne ou venant de l'autre bout de la terre. La nature est partout lorsque je ferme les yeux et mes voyages immobiles deviendront bientôt, chemins de sagesse.
      En toute amitié.
      Roger

      Supprimer
  18. Tous mes voeux, tous, Roger. La longue route est aussi mon livre de chevet.
    Une phrase entendue qui me semble écrite pour toi: L'homme est ce qu'il fait. A. Malraux.
    Courage et... à bientôt de te lire ou admirer ton travail.
    Tous mes voeux, tous.

    RépondreSupprimer
  19. Tous mes voeux, tous, Roger. La longue route est aussi mon livre de chevet.
    Une phrase entendue qui me semble écrite pour toi: L'homme est ce qu'il fait. A. Malraux.
    Courage et... à bientôt de te lire ou admirer ton travail.
    Tous mes voeux, tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chri
      Très belle pensée. Il y a tellement de gens à dire, proclamer, promettre, et faire le contraire, une fois l'estrade quittée. Je préfère dire moins et faire. Je serai donc, pendant quelques temps, moins de mes routines, obligé de laisser ma pratique artistique, et ainsi, face à ce nouveau vide, me retrouver en moi-même pour une longue route méditative.
      Je n'oublierai pas l'humain assisté par Marie-Claude, rompue à cet exercice.
      Merci de ta présence.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  20. Bonjour Roger
    Je viendrais mettre un cailloux à la pointe de Kerpenhir le 27 septembre pour qu'elle te donne de bonnes ondes et que le 28 te sois le plus bénéfique possible.
    Bises en amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Océanique
      Océanique. Ainsi je procède pour mes morts, mais on peut le faire aussi pour les vivants et je me réjouis d'être encore dans cette catégorie, et j'accueille avec plaisir ce beau cadeau d'amitié.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  21. Dans la tempête ou dans les nuits de silence,
    Dans le désarroi, la peur
    Avoir le courage de faire battre encore la vie,
    lui donner pour revivre un petit nid d'espérance!

    Je reviens de Bretagne
    et j'ai vu près du cap de la chèvre un enfant entassé avec beaucoup de soin ses galets...et là j'ai eu une pensée pour vous...
    Bon courage et bonne guérison et MERCI pour ce petit nid

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie,
      Merci Marie. Le cap de la chèvre me rappelle ce tour de Bretagne en land art réalisé avec ma femme. Nous étions passés là, dans ce lieu magnifique pour y pratiquer le land art.
      Cet empilement de pierres est bien sûr aussi un geste enfantin, mais l'humain est fait de ce terreau. Certains le nient, d'autres , dont je fais partie, se servent de ces souvenirs, de toutes ces sensibilités. L'aventure est belle pour qui peut un peu oublier ce sentiment de cupidité qui lui fait amasser des fortunes et oublier l'essentiel.
      A bientôt, Marie, dans ta poésie,sur ton blog.
      En toute amitié.
      Roger

      Supprimer
  22. Je suis passée plusieurs fois ici depuis février. Je rentre d'une semaine de congés et je passe aujourd'hui encore. Une nouvelle note ! Merci. Je souhaite que l'opération se déroule du mieux possible pour vous. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. elisabeth
      Merci Elizabeth. Toutes ces intentions me vont droit au cœur et me serviront en temps utile.
      Bien amicalement.
      Roger

      Supprimer
  23. Je penserai bien à toi à la date de ton opération. je te souhaite de bien récupérer et t'envoie plein de bonnes ondes . Je t'embrase

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brigitte
      Merci Brigitte. J'ai les mêmes souhaits que toi et je compte bien dépasser ce moment délicat, le plus vite possible.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  24. Je suis toujours infiniment fière et heureuse de trouver ici une oeuvre dédicacée, et je te remercie de tout coeur.
    J'espère que cette opération se déroulera aussi bien que possible et que les suites te permettront de rejoindre très vite cette route et cette oeuvre qui te portent toujours plus loin, toujours ailleurs.
    Je penserai tout particulièrement à toi vendredi, et après aussi.
    A tout bientôt, affectueusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pastelle
      Merci Pastelle. Le moment sera délicat et je ne pourrai pas grand chose pour une fois, si ce n'est m'accrocher à la vie pour revenir le plus vite possible " à la surface " . J'ouvrirai la route 75 et continuerai mon aventure land art.
      à très bientôt.
      Je t'embrasse en toute amitié.
      Roger

      Supprimer
  25. Bonsoir Roger
    Je suis allée à la Pointe de Kerpenhir et ai fait un cairn que j'ai mis sur mon blog
    J'ai demandé à la mer de te donner l'énergie pour ton opération. J'y joins mes pensées amicales
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Océanique.
      Merci, Océanique. Je suis allé voir ce petit cairn qui doit maintenant être recouvert par l'océan comme il se doit, dans cet endroit absolument magique.Très touché par ton intention.
      Avec toute mon amitié.
      Roger

      Supprimer
  26. Bonsoir Roger,
    La petite mouette s'envole vers toi et t'accompagne...
    Leeloo est en pensées avec toi. Tu t'es même invité à table hier midi, avec tes guetteurs et tes oeuvres que j'ai contées et racontées à l'assistance qui était présente.
    Je t'embrasse très fort.
    A très bientôt et encore merci de toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leeloo
      Merci, Leeloo. Fin août, je me baignais au large de la pointe de kerpenhir. Le soleil déclinait et j'étais le seul nageur en mer. Une mouette rieuse m'a survolé plusieurs fois, puis elle est venue se poser sur l'eau à quelques mètres de moi. Elle me regardait. Je lui ai parlé. Cette scène me ramenait à des temps très anciens, ou jeune nageur intrépide, âgé d'une dizaine d'années, j'allais à la rencontre de l'horizon, pour oublier mes peines. J’hésitais souvent entre, continuer vers le large, définitivement, ou revenir. Lorsque la vie est trop dure, ce choix peut se représenter. Parfois, un seul regard,qu'il soit d'une mouette, ou d'un humain suffit pour nager à nouveau dans le bon sens. Les oiseaux de mer m'ont très souvent indiqué la bonne direction de nage. J'ai bien l'intention de les retrouver sur nos plages, au plus vite.
      Je t'embrasse très fort.
      Roger

      Supprimer
  27. Merveilleux, Roger...! J'ai été conduite vers vous par Océanique et tout ce que vous faites est merveilleux... Le chemin se durcit, alors tous nos cœurs sont à vos côtés pour vous accompagner dans cette épreuve. Cela ne nous sera pas difficile puisque vous nous avez tant donné par vos réalisations. Puissiez-vous traverser cet écueil avec la même aisance qu'ont vos galets à se maintenir en équilibre, face à la mer ! A très bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aloysia
      Merci Aloysia et bienvenue sur Le Chemin des Grands Jardins. Je suis très touché par votre message et compte bien dans quelques mois, revenir à l'ouvrage parmi mes pierres sur l'estran et dans notre campagne si belle.
      Amitiés.
      Roger

      Supprimer
  28. Mon frérot Roger,

    Tu sais combien ton oeuvre me touche depuis que je la connais, que je la fréquente. Plusieurs fois j'ai essayé de le dire ici mais mes commentaires ne passaient pas. J'ose espérer que cette fois... Et tu le sais je l'ai dit ailleurs sur le site Unidivers et sur l'un de mes blogs. Je le redis une fois encore.
    La délicatesse de ton travail qui témoigne de ton attention à l'autre et au monde me tire les larmes souvent. Surtout, je dois le dire, tes petits personnages de pierres, ces cairns qui ont un cœur d'homme quand tant d'hommes ont un cœur de pierre jusqu'à refuser les hommes qui frappent à leur porte.
    C'est te dire qu'une fois encore ton beau cadeau me chauffe l'âme.
    Tu devines aussi combien je vais penser à toi ces tout prochains jours en attendant le moment de nous retrouver pour un pot près de chez toi. Je suis heureux aussi de cette nouvelle collaboration entre nous avec ce livre d'un autre ami qui porte un de tes cairns en couverture. Heureux comme je l'ai été quand j'ai monté cette exposition à l'IUT de Lisieux, jouant même les bricoleurs amateurs pour monter les cimaises, afin que les étudiants, admiratifs de ton travail puissent en profiter.
    Je suis fier d'être l'ami de Roger Dautais, fier d'être le frérot de Roger par adoption. Tu es de ces frères que l'on choisit, tu es ce frère que j'ai choisi quand j'ai souvent subi ma famille.
    Je t'embrasse et j'attends de tes bonnes nouvelles au plus vite.
    Je suis avec toi.
    Ton frérot.
    Guy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Guy Allix,
      Merci Guy. Ma valise est faite, mais je suis repassé par ici, guettant un signe de toi. Je sais bien que l'amitié n'a pas besoin de signes pour certains et la fraternité, non plus, mais je pense le contraire. Merci d'avoir trouvé un peu de temps dans ta vie de grand voyageur. Je vais devenir dans quelques heures, ce voyageur immobile qui ne décidera rien de sa vie, si ce n'est la farouche volonté de revenir sur mes deux jambes, user un peu ces chemins de Bretagne où les pierres m'attendent. Sans Marie-Claude, avec qui je pratiquais le land art dans notre belle Bretagne, le voyage aurait été moins beau, moins fort. Je me dois pour elle de retrouver toute cette énergie qui m'échappe en ce moment.
      Certes, nous sommes très différents,toi et moi, et pourtant, comme on s'entendait bien en Normandie, à en étonner notre entourage. Je pense que nos deux enfances, plus que difficiles, en sont pour quelque chose dans notre vision de la vie, de l'humanité, aussi.
      Merci de ce beau projet de livre, facilité par toi, avec le poète Gérard Mottet.
      J'espère te revoir très bientôt, sur mes deux jambes, frérot.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer
  29. si l'espoir la force et le courage la vie peuvent passer dans le commentaire
    c'est ce que je t'envoie avec mon amitié et le désir que tu reviennes!
    avec tes si belles constructions naturelles défiant la gravité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Estourelle
      Merci à toi, amie et à bientôt.
      Je t'embrasse.
      Roger

      Supprimer

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

Ma photo
Landartiste, photographe, auteur de livres pour enfants, Roger Dautais est aussi un artiste atypique, sensible et attachant.Il a sû, dans la diversité de ses expressions, trouver une harmonie par la pratique quotidienne de cet art éphémère : le Land Art. Il dit "y puiser forces et ressources qui lui permettent, également, depuis de nombreuses années, d'intervenir auprès de personnes en grande difficulté ( Centre de détention pour longues peines et personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer) pour les aider par la médiation de l'art.